top of page

FACTO

FAITS, ANALYSES ET INFORMATIONS

Chaque mois, retrouvez des informations cruciales pour le développement de votre activité sur internet
SAISIR LE POTENTIEL DU RÉFÉRENCEMENT POUR VOTRE ENTREPRISE

Assurer la croissance de votre entreprise et la rentabilité de votre investissement

Aujourd’hui, pour assurer la réussite de votre entreprise, il faut avoir pignon sur rue...sur le web. Les temps ont changé. Cette remarque est certes banale, mais elle n'en demeure pas moins vraie. La transition numérique et la pandémie sont passées par là, ayant bouleversé l’échiquier économique et transformé les habitudes des consommateurs. Les chiffres le confirment : 40% des consommateurs français achètent en ligne plus souvent qu’avant la pandémie(1), 82,7% des internautes français achètent des produits et des services sur le web(2) et enfin, une donnée révélatrice, 81% des entreprises ayant fait faillite n’avaient aucune présence sur le web(3). Le site web est désormais indispensable à la survie de l’entreprise. Le site n’est plus simplement une carte de visite, c’est un outil de vente que vos futurs clients souhaitent visiter pour comparer et acheter en un clic. Mais aussi et surtout, votre site web est aussi une vitrine de légitimité. 56% des internautes se méfient d’une entreprise qui n’a aucune présence sur le web(4). Ces chiffres révèlent de nouvelles attentes et de ce fait, de nouveaux défis auxquels les entreprises doivent impérativement se plier. Créer un site web n’est que la première étape. La deuxième, tout aussi élémentaire, s’intitule le référencement. Le référencement consiste à indexer, c’est-à-dire inscrire votre entreprise, son activité et ses produits ou services, dans les moteurs de recherche. À ce stade, votre entreprise devient simplement accessible sous son appellation sur ces derniers. Donc, lorsqu’un internaute cherche votre marque, cela ne vous garantit pas d’être bien positionnée dans les premiers résultats, ni de vous démarquer de votre concurrence.


Dès lors, commence un travail continu de veille pour améliorer l’inscription de vos produits et services sur les moteurs de recherche. Cette technique consiste à essayer de maintenir vos références sur les moteurs. Cela n’assure en rien leur position, c’est-à-dire un placement visible en haut de la page, mais simplement leur indexation (à la énième page). De surcroît, la plupart des secteurs d’activités sont noyés par une concurrence intense.

 

En réalité, pour apparaître en tête des sites affichés sur Google, il est impératif d’établir une véritable stratégie en amont et d’envisager des alternatives efficaces mais plus onéreuses comme les liens sponsorisés (SEA) ou encore le référencement commercial pour obtenir des résultats concrets.

L'accessibilité n’assure pas la visibilité

Selon une étude menée par Hubspot, 92% des recherches sur le web démarrent sur Google(5) et sur 2 millions de pages web analysées, seules 5,7% d’entre elles se sont positionnées en tête du peloton(6), c’est-à-dire dans les dix premiers résultats affichés sur Google. Effrayant mais vrai! Plus de 90% des pages publiées s’avèrent alors inaccessibles ou mal référencées, même si l’internaute y inclut un mot correspondant à votre activité. Puis, sur un milliard de pages, ça se gâte : 91% ne reçoivent aucun trafic (visiteurs) de Google, 4,5% entre 1 et 10 par mois, 3% entre 11 et 100 et 1% entre 100 et 1000(7). Comment ça se fait?


La concurrence sur le web est féroce. Une entreprise spécialisée dans un secteur d’activité se bat avec des centaines ou des milliers de concurrents nationaux et parfois même internationaux. Les internautes, aussi, sont exigeants. 81% des consommateurs commencent à se renseigner sur le web avant d’acheter un produit ou un service(8). Donc, non seulement la visibilité est essentielle, encore faut-il aussi capitaliser sur celle-ci pour transformer les internautes en clients. Malgré ce constat édifiant, de nombreuses entreprises, surtout les PME, bottent en touche à l’idée de créer un site pour vendre en ligne. Mais, une fois le site web bien référencé, votre entreprise sera récompensée. En France, 52% des commerces indépendants qui vendent en ligne sont en croissance contre 39% pour ceux qui fonctionnent uniquement hors ligne(9). Le consommateur s’attend à plus de polyvalence dans ses modes d’achat, dont le web fait intégralement partie.


Alors, récapitulons. Il faut créer un site. Il faut le référencer, mais pas uniquement. Il faut surtout qu’il soit (très) bien référencé. Cela implique quoi?

La valeur ajoutée : le bon référencement

Si votre site n’est pas référencé, votre investissement sur le web sera infructueux. Le référencement est donc une étape incontournable pour le lancement ou la croissance de votre entreprise. Il est impératif d’augmenter la visibilité de votre site web sur les moteurs de recherche pour pouvoir commercialiser vos offres de produits et/ou services. Être bien référencé sur Google, c’est comme avoir pignon sur rue. Les chalands viennent vers vous à la suite d’un ou plusieurs mots clés tapés dans la barre de recherche. Ils visitent votre site. Et là, vos chances augmentent de transformer ces derniers en clients. Il va de soi que ce site doit répondre également aux attentes des futurs acheteurs.


Le référencement est une illustration digitale de la devise anglo-saxonne sur le business : ‘location, location, location.’ Et cet emplacement? C’est la première page et les premiers liens présentés par Google, le Graal. Alors, comment bien référencer un site? Un spécialiste en référencement connaît les différentes techniques en sémantique et en informatique, mais surtout, les subtilités du web, pour assurer une indexation de qualité, c’est-à-dire des visiteurs ciblés et des clics d’acheteurs. Un site bien référencé est correctement rédigé, orthographié et identifiable. Il s’appuie sur des mots ou expressions clés spécifiques et communément employés. Ce sabir informatique peut sembler abscons mais il est très utile. Le référencement implique une véritable stratégie de positionnement pour faire sortir votre marque du lot d’une concurrence rude.


Si vous êtes bien référencés et que vous apparaissez comme le premier lien sur la page de résultats de Google, cela génère un taux de clic de 31,7%(10). Pour une entreprise, c’est un trafic potentiel important. Dans cette nouvelle économie, il faut mettre toutes les chances de son côté. Par exemple, vous êtes luthier et baptisez votre entreprise de lutherie “Atelier Michel.” Si un musicien à Paris cherche sur Google le nom de votre atelier et que vous n’êtes pas correctement référencé, il y a une forte probabilité que l’internaute aboutisse sur un tout autre résultat, comme une boulangerie ou une galerie d’art à Nîmes qui portent le même nom. Déçu, il abandonnera rapidement sa recherche et se tournera vers un de vos concurrents. Un bon référencement vous aidera non seulement à lancer votre entreprise mais aussi à vous distinguer dans votre domaine d’activité. C’est une stratégie gagnante à long terme avec un retour sur investissement non négligeable. Nos dirigeants et les institutions françaises et européennes abondent en ce sens : la transition numérique ne peut plus tarder.

 

La situation actuelle en France

Les Français font leurs courses de plus en plus sur internet. 41,6 millions pour être précis(11). Nous avons constaté une forte croissance pendant la pandémie qui ne risque pas de faire marche arrière. À mesure que la confiance s’installe, le nombre d’achats en ligne augmente, les transactions en ligne augmentent et donc le commerce en ligne augmente. On remarque non seulement un chiffre d’affaires plus élevé pour ces derniers mais aussi une augmentation de la fréquentation de leurs magasins physiques(12). Il y a un manque à gagner et surtout pour les PME, qui en ont le plus besoin. Selon un rapport de la Commission européenne relatif à l’économie et aux sociétés numériques, la France peine toujours à décoller malgré une concurrence numérique européenne et internationale d’envergure. Nous sommes à la 15e place du classement européen sur la transition numérique(13). En 2020, une PME sur trois n’avait toujours pas de site web et seulement une PME sur huit utilisait des solutions de vente en ligne(14). Ces données accablantes ne sont pas en phase avec les habitudes des consommateurs, puisque sept sur dix d’entre eux paient en ligne. De plus, 68% des e-acheteurs souhaitent que leurs commerces de centre ville proposent la possibilité de commander en ligne(15). Les internautes ne demandent qu’à faire leurs courses sur internet or 51% des entreprises françaises sont toujours à la traîne(16). Comme le souligne le Medef, “elles sont encore peu nombreuses à se saisir du potentiel des données pour moderniser et gagner en compétitivité dans la conduite de leurs opérations. En particulier, le manque de compétences et de financement peut constituer un frein à la transformation numérique avancée de nos entreprises.(17)”


Conclusion

‘Saisir le potentiel.’ La réussite d’une entreprise ne se fait plus par le bouche à oreille, comme autrefois, un bon restaurant ou une boutique. La simple présence d’un site, non plus. La concurrence est bien trop élevée, les comportements et les habitudes du consommateur ont irréversiblement évolué, sans parler de la pandémie et des crises géopolitiques qui viennent bouleverser le tout. Le site web est devenu en moins de dix ans un centre de profit à part entière, pouvant représenter jusqu’à 30% du chiffre d'affaires(18). La bonne nouvelle dans tout ça? Il existe des professionnels expérimentés dans ce domaine qui peuvent vous accompagner à travers le labyrinthe de ce nouveau monde digital. Ils ont non seulement l’expertise, mais un but précis en tête : la croissance de votre entreprise et la rentabilité de votre investissement.

Sources

(1) https://www.blogdumoderateur.com

(2) https://www.lemondeinformatique.fr

(3) https://www.multimed-solutions.com

(4) https://www.lsa-conso.fr

(5) https://blog.hubspot.com

(6/7) https://ahrefs.com

(8) https://www.lesaviezvous.net

(9) Chiffres clés e-commerce, Fédération e-commerce et vente à distance, 2021

(10) https://www.blogdumoderateur.com

(11) Chiffres clés e-commerce, Fédération e-commerce et vente à distance, 2021

(12) Étude d’impact économique et environnemental, Oliver Wyman, 2021

(13/14) https://www.easy-it.fr

(15) Chiffres clés e-commerce, Fédération e-commerce et vente à distance, 2021

(16) https://www.medef.com

(17) https://www.medef.com

(18) https://www.francenum.gouv.fr

#SEO
#transitionnumerique
#pme
#optimization
bottom of page